4 mars 2015

[Adopage : le club] samedi 7 mars : Pyrotechnie

Filed under: Club adopage — Sebastien @ 10 h 22 min

Nouveau RDV du club ado ce samedi 7 mars avec un sujet bien énigmatique. Mais de quoi allons nous parler ? Tenons le suspens et disons juste que la séance sera pétaradante, tendue, pleine d’étincelles, de chaleur et d’électricité statique (merci wikipédia) et nous en verrons de toutes les couleurs. Si si !

alors, RDV ce samedi 7 mars à partir de 14h30.

17 février 2015

En fuite, Thierry Robberecht

Filed under: Romans — Mots-clés : , , — angelique @ 16 h 49 min

En fuite, Thierry Robberecht
Syros, Rat Noir

« Depuis des années, notre trio fonctionnait à la façon de l’équipage d’un sous-marin : chacun connaissait sa mission sur le bout des doigts. Il était environ cinq heures du matin quand notre père a rangé le dernier matelas dans la Skoda. Il a dû s’y reprendre à trois fois pour fermer le coffre. Assis à l’arrière depuis une dizaine de minutes, nous attendions. J’ai regardé avec tristesse s’éloigner la cabane en bois dans laquelle nous avions été heureux. J’ai songé au vieux Fernand et à madame Betty, sa femme. C’est toujours comme ça avec nous: partir en pleine nuit comme des voleurs et ne jamais dire adieu aux gens qu’on aime ». Deux enfants et leur père en cavale. Une vie à l’abri des regards, faite de départs précipités. Une mère privée de son fils et de sa fille pendant huit années. Après Terminale Terminus (prix Frissons du Vercors et prix de la NRP 2011), En fuite est le deuxième roman de Thierry Robberecht dans la collection Rat noir, une histoire très librement inspirée d’un fait divers marquant.

Un roman court, très rythmé. Une belle histoire d’amour d’un papa pour ses 2 enfants. Jusqu’au où cet amour peut conduire ? Ici jusqu’au délit. Le papa va kidnapper ses 2 jeunes enfants, Mathieu et Lucille, car ils ne les voit pas assez souvent suite à la mise en place de la garde alternée.

C’est beau, c’est fort, un poil « trop » en ce qui concerne la dernière partie Ardèche et le dénouement. Mais très intéressant à lire. Ce récit fait écho également à un film qui est sorti en octobre 2014, Vie sauvage, de Cédric Kahn, avec Mathieu Kassovitz. Les 2 histoires sont probablement inspirées du même fait divers.

 

 

10 février 2015

Le diner, Herman Koch

Filed under: Romans — Mots-clés : , , , , , — angelique @ 14 h 35 min

Le diner, Herman Koch
Belfond

 

Succès phénoménal aux Pays-Bas, alliance détonante d’une comédie de mœurs à l’humour ravageur et d’un roman noir à la tension implacable, Le Dîner dresse le portrait de notre société en pleine crise morale. Deux frères se donnent rendez-vous avec leurs épouses dans un restaurant branché d’Amsterdam. Hors-d’œuvre : le maître d’hôtel s’affaire. Plat principal : on parle de tout, des films à l’affiche, des vacances en Dordogne. Dessert : on évite soigneusement le véritable enjeu du dîner, les enfants. Car leurs fils respectifs ont commis un acte d’une violence inouïe. Un café, un digestif, l’addition. Reste la question : jusqu’où irions-nous pour préserver nos enfants ?

Malaise : c’est le mot qui résume ce roman du néerlandais Herman Koch. L’originalité de ce roman est dans sa construction. Un « chapitrage » qui suit la chronologie du dîner des 2 couples qui sont au restaurant. Apéritif, entrée, le plat, dessert, digestif, pourboire.
Deux couples, Paul et Claire, Serge et Babette, le politicien, futur premier ministre. Michel, le fils de Paul, et Rick, celui de Serge ont le même âge et traînent souvent ensemble, avec Beau également , le fils adoptif de Serge. Nous sommes surpris du problème qui va être traité, on pense à un conflit familial, une histoire d’adultère. Mais pas à une grave faute commise par leurs enfants respectifs. Les garçons ont fait une bêtise et pas des moindres, c’est une ÉNORME bêtise. Dans un premier temps les parents rejettent la faute d’un garçon sur l’autre . Puis ils débattent sur la dénonciation ou non du crime commis. Tout n’est pas dit, on devine, on imagine alors bien pire que ce qui est révélé.

Ce récit c’est aussi une histoire d’amour, celle des parents, des mères notamment envers leur enfant.

C’est intelligent. Une satyre sociale grinçante. Du suspens, du malaise, de la gêne et surtout l’interrogation, qu’est ce que nous déciderions à leur place ? D’autant plus que… cette histoire a été inspirée d’un fait réel !

 

3 février 2015

Le livre de Perle, Timothée de Fombelle

Filed under: Romans — Mots-clés : , , , , — angelique @ 12 h 51 min

Le livre de Perle, Timothée de Fombelle
Gallimard Jeunesse

Il vient d’un monde lointain auquel le nôtre ne croit plus. Son grand amour l’attend là-bas, il en est sûr. Pris au piège de notre Histoire, Joshua Perle aura-t-il assez de toute une vie pour trouver le chemin du retour ?

Que se passe-t-il je n’arrive pas à rentrer dans l’histoire ! C’est quand même Timothée de Fombelle : Tobbie, Vango, mince alors ! J’ai davantage accroché sur la troisième partie du roman. Ce qui me rassure c’est que je remarque à la lecture que l’écriture est belle, comme à chaque fois. D’un point subjectif un livre où je suis restée à l’extérieur, d’un point de vue objectif, une écriture et une histoire remarquable. Une prouesse narrative de la part de l’auteur mais un récit un peu trop « tarabiscoté » !

Prix Pépite 2014

28 janvier 2015

La face cachée de Margo, John Green

Filed under: Romans — Mots-clés : , , — angelique @ 10 h 16 min

La face cachée de Margo, John Green
Gallimard, Scripto

Mar-go-Roth-Spie-gel-man, le nom aux six syllabes qui fait fantasmer Quentin depuis toujours. Alors forcément, lorsqu’elle elle s’introduit dans sa chambre, une nuit, par la fenêtre ouverte, pour l’entraîner dans une expédition vengeresse, il la suit. Mais au lendemain de leur folle nuit blanche, Margo ne se présente pas au lycée, elle a disparu. Quentin saura-t-il décrypter les indices laissés pour la retrouver? Plus il s’en approche, plus Margo semble lui échapper…

Laissez-vous happer par le mystère de Margo et cette la fascination amoureuse, réconforter par l’amitié qui réunit les personnages de John Green. Un road-trip jubilatoire jalonné de vérités profondes sur la vie, l’amour, la mort et les désillusions. Aujourd’hui star mondiale de la littérature pour adolescents et jeunes adultes, John Green est l’auteur du best-seller international Nos Étoiles Contraires et de Qui es tu Alaska? et de Will & Will.

 

Ce que j’ai le plus apprécié dans ce roman : le trio des garçons Quentin, Ben, Radar. Ils se serrent les coudes même si ils se charrient beaucoup et ont de la pudeur quant à leurs sentiments les uns envers les autres. Puis, la folle échappée des 4 (les 3 garçons + Lacey, une amie de Margo) c’est top! C’est le moment que j’ai vraiment adoré. Pour finir, le fil conducteur des « villes papier » qui est une superbe invention de la part de l’auteur. Le point négatif c’est que c’est trop long, au milieu du livre ça traîne un peu en longueur. Le personnage de Margo est complexe mais intéressant, elle est agaçante mais je trouve que c’est un personnage original par rapport à la plupart des romans. J’ai choisi ce roman parce que ça parle d’amour, proche de ce qu’on peut appeler l’amour/amitié.

Un roman original et accrocheur, je l’ai plus apprécié que Nos étoiles contraires car il est plus adulte.

 

 

23 janvier 2015

[Adopage : le club] samedi 24 janvier : j’aime toujours pas l’amour

Filed under: Club adopage — Sebastien @ 10 h 30 min

Et oui c’est un cri d’amour ou d’humour qui raisonnera au delà des murs de la bibliothèque ce samedi 24.  Vous voulez de l’amour ? Vous en avez trop ? Vous voulez le trouver ? En donner ? Et bien on vous attend ! Entre les romans « cul-cul la praline » (mais qu’on aime lire en cachette), les grands déclarations (classiques mais très efficaces), les poèmes (qu’on recopie sans signaler les copyright), les films kleenex et le choix stratégique de la musique qui emballe nous aurons à lire, à écouter et à regarder.

 

alors, RDV ce samedi 24 janvier à partir de 14h30.

 

 

 

 

 

14 janvier 2015

[Concert à la bibliothèque] Duo Audriel le 17 janvier à 16h

Filed under: Musique — Sebastien @ 12 h 48 min

Le 17 janvier à 16h, l’équipe son / image de la bibliothèque municipale propose un concert du duo Audriel.

Leur dernier album À la lueur est nourri d’un amour de la nature et de l’autre, comme une quête infinie qui prend le parti de la lumière. Munissez-vous de vos gris-gris (ficelles, menus objets, etc.) pour garnir leur arbre à rêves le jour du concert…

un aperçu de l’univers du duo : http://www.audriel.com/

10 janvier 2015

Dieu me déteste, Hollis Seamon

Filed under: Romans — Mots-clés : , , — angelique @ 15 h 54 min

Dieu me déteste, Hollis Seamon
Editions La Belle Colère, 2014

 

New York, hôpital Hilltop. Richard Casey aura bientôt dix-huit ans. Comme tous les adolescents, il voudrait faire la fête, draguer, s’envoyer en l’air, tomber amoureux, danser, fumer, boire, et tout recommencer. La différence, c’est que Richard sait qu’il n’aura jamais dix-neuf ans. Il est un peu plus pressé que les autres et, pour vivre fort, il lui faut déjouer les pièges de ceux qui préféreraient le voir vivre un peu plus longtemps. Heureusement, Richard a de la ressource, du courage et un solide sens de l’humour. Alors il se rue dans les brancards. Et si Dieu le déteste, il est prêt à rendre coup pour coup. Vous n’êtes pas près d’oublier Richard Casey, comment il mena une révolution contre le corps médical, se glissa dans les draps de la jolie fille de la 302, réussit une évasion périlleuse avec la complicité d’un oncle dysfonctionnel, évita de tomber sous les coups d’un père vengeur, et joua finalement son destin au poker, dans un des plus beaux bluffs jamais montés contre le sort.

Voilà un titre qui annonce un récit prometteur, « Dieu me déteste » c’est ce que dit Casey pour évoquer son cancer. Il a 17 ans, bientôt 18, et malheureusement Casey est en fin de maladie, après des années à survivre le voici aux soins palliatifs, c’est-à-dire le service « final », lorsqu’il ne vous reste que quelques jours à vivre. Habituellement ce ne sont que des personnes d’un certain âge, c’est rare tout de même d’avoir un jeune de 17 ans, et ce qu’il l’est encore plus c’est qu’il y a en même temps que lui une autre jeune fille, Sylvie,15 ans. Richard et Sylvie vont se rencontrer, s’aimer et décider de perdre ensemble leur virginité, avant la fin…

On s’attend évidemment à un roman bouleversant, on craint le larmoyant et pas du tout, tout est raconté avec humour et espoir. Un récit oppressant car on ne sort presque jamais de l’hôpital et des soins palliatifs. Pour les ados ? Pour les adultes ? Pour ma part je dirai pour les ados, les plus grands. Mais peut on s’intéresser à ce livre si l’on n’est pas soi même concerné par la maladie ? Je m’interroge.

Plus mûre et plus grave que Nos étoiles contraires. Peu de roman sur le sujet donc intéressant.

6 janvier 2015

Tant que nous sommes vivants, Anne-Laure Bondoux

Filed under: Romans — Mots-clés : , , , , — angelique @ 15 h 08 min

Tant que nous sommes vivants, Anne-Laure Bondoux
Gallimard Jeunesse, 2014

Bo et Hama travaillent dans la même usine. Elle est ouvrière de jour, lui, forgeron la nuit. Dès le premier regard, ils tombent follement amoureux. Un matin, une catastrophe survient et ils doivent fuir la ville dévastée. Commence alors pour eux un fabuleux périple à travers des territoires inconnus… Mais quand l’ombre a pris la place de la lumière, l’amour suffit-il à nous garder vivants ?

Difficile de parler de ce roman, il est tellement original ! De plus on ne peut rien dire sans trop en dévoiler. Un récit intemporel, probablement dans un futur proche, nous ne savons pas non plus où il se situe. Ce qui est sûr c’est que les personnages de Bo et Hama sont beaux, touchants. Leur histoire est forte et surprenante. Pour cela Anne-Laure Bondoux a choisi de découper son récit en trois parties avec 2 narrateurs différents.

L’ambiance est sombre, les évènements négatifs s’enchaînent. Tout au long de la lecture j’avais peur, de ce qui allait arriver, que ça se termine mal. On aimerait une quatrième partie, une suite. L’auteure nous donne, à mon avis, une fin juste et parfaite.

Que dire de plus à part lisez-le absolument ! Une lecture à compléter avec un précédent titre d’Anne-Laure Bondoux, Les larmes de l’assassin

19 décembre 2014

Nos stagiaires de Noël proposent…

Filed under: cinéma,Science-fiction — Invite @ 17 h 16 min

C’est la tradition ! Juste avant Noël nous avons le plaisir de recevoir des collégiens. Ils accompagnent l’équipe de la bibliothèque tout au long d’une semaine riche en découvertes : accueil des classes, des crèches, du public, et deviennent des experts en bibliothéconomie (pour connaitre la signification de ce terme voyez avec eux). Juste avant de nous quitter et de prendre un repos bien mérité ils nous ont offert ces deux recommandations. De quoi donner des  idées cadeaux.

 

Happiness therapy
de David O. Russell avec Bradley Cooper, Jennifer Lawrence

Pat sort d’un hôpital psychiatrique à cause d’une dépression et de sa bipolarité. Il n’a qu’une seule idée en tête : reconquérir sa femme après l’avoir surpris avec un autre homme qu’il a tabassé très violemment. Mais sa grande détermination fait qu’il va se battre contre sa maladie et tout faire pour reconquérir son ex femme, Nikki. Mais sa rencontre avec Tiffany, une jeune femme qui vient de perdre son mari, va le changer petit à petit. Leur vision commune de la vie et leurs expériences personnelles vont les rapprocher, et Pat réussira peu à peu à oublier Nikki.

Ce film est juste excellent. Ça parle d’un sujet tabou, d’une vie réaliste, et d’un homme qui va se « reconstruire » sans le savoir. Ce qui me plait vraiment dans ce film, c’est qu’il traite d’un sujet grave, mais arrive à raconter malgré tout une histoire d’amour. Et ce n’est pas une histoire d’amour niaise entre deux personnes parfaites, ayant une vie sans problème. C’est une histoire d’amour réelle, avec deux personnes à problèmes. C’est pour ça que j’adore ce film. Il est original, et c’est une histoire qu’on arrive à croire.

Kiliane

La Quête d’Ewilan : D’un monde à l’autre
Pierre BOTTERO

La vie de Camille, adolescente surdouée, bascule quand elle pénètre par accident dans l’univers de Gwendalavir avec son ami Salim. Là des créatures menaçantes, les Ts’liches, la reconnaissent sous le nom d’Ewilan et tentent de la tuer. Originaire de ce monde, elle est l’héritière d’un don prodigieux, le Dessin, qui peut s’avérer une arme décisive dans la lutte de son peuple pour retrouver ses parents, sa liberté et préserver son don. Épaulée par ses nouveaux compagnons d’aventure, parviendra-t-elle a maîtriser son pouvoir parmi ce monde mystérieux et inconnu qui ne demande qu’à être découvert ?

J’ai adoré ce livre car il m’a fait rêver avec ses décors surnaturels aussi bien hostiles que magnifique avec sa dose d’action et d’aventure et un suspense ne vous donnant jamais l’envie d’arrêter de lire. Les amoureux de Fantasy l’adoreront !!!

Marc

Older Posts »