18 avril 2015

Façons de voir : projection à la bibliothèque

Filed under: cinéma — Sebastien @ 16 h 48 min

une petite toile à la bibliothèque pendant les vacances ?

Dans le cadre de son cycle « Façons de voir » dédié au format documentaire, la bibliothèque municipale diffusera le vendredi 24 avril à 15h30 un film ayant pour thème « L’enfance de la rue ».

Entrée libre

14 avril 2015

Pourquoi ça fait mal ? de Rachel Hausfater

Filed under: Romans — Mots-clés : , , — angelique @ 12 h 28 min

Pourquoi ça fait mal ? Rachel Hausfater
Editions Thierry Magnier

C’est l’histoire d’un coup de foudre dans un bus. D’échanges de regards, d’attente… De l’état dans lequel l’amour vous plonge, de l’obsession des retrouvailles, de la peur de tout inventer et de n’être rien pour l’autre. C’est une histoire de passion absolue, lorsque plus rien n’existe au monde que l’autre. Une histoire qu’envenime la jalousie, qui s’insinue dans les veines et qui fait mal, très mal.

Un monologue intérieur de la narratrice. Comme tous les matins, elle prend le bus, à une heure précise, mais un jour elle est en retard et doit prendre le suivant. Ce jour-là elle voit Mika… c’est le coup de foudre ! Sa vie ne peut plus que tourner autour de lui. Elle est tellement folle de lui que ça va rapidement basculer  à l’obsession, elle est ultra jalouse et va même aller jusqu’à le tester pour voir à quel point lui l’aime.  Ceci va engendrer le déclin de leur relation, jusqu’au pire.

Un texte intéressant sur la première fois vu par la fille, sur le côté volatile de l’amour à l’adolescence. La facilité avec laquelle on peut se détacher de l’autre. Pour une fois ce n’est pas le garçon qui se comporte mal. De plus, une fin ouverte, ce qui est fortement appréciable!

7 avril 2015

In the After de Demetria LUNETTA

Filed under: Science-fiction — Sebastien @ 12 h 49 min

In the After  / Demetria LUNETTA
Lumen, 2014

Amy était tranquille et toute seule dans son salon lorsqu’ils sont arrivés. Cela fut expéditif. L’Humanité a été décimée en très peu de temps. Hommes, femmes et enfants ont servi de garde-manger. Rares sont les survivants. Amy en est. Elle a saisi un des moyens de leur échapper : le silence. Elle se mure alors dans un silence absolu, elle limite ses déplacements qu’elle effectue nu-pieds pour survivre. Protégée chez elle grâce à un astucieux système mis en place par sa mère elle observe ces êtres et se méfient des autres survivants. Dans ce monde de chaos elle ne peut se fier à la sincérité de ceux qui s’aventurent trop près de chez elle. Elle s’isole. Jusqu’à un jour de ravitaillement où elle trouve une toute petite fille, puis beaucoup plus tard une adolescente. Cette dernière les mettra en péril. Amy et la petite doivent quitter cet espace protégé au plus vite. Sitôt sorties elle sont alors capturées…

Un bon roman particulièrement divertissant. Le personnage principal est dans la veine des « survivantes » façon Hunger Games : forte, maligne, téméraire, courageuse et qui ose poser les questions qui fâchent et mettre alors en danger le nouvel ordre établi par un pouvoir qui cache bien des secrets. Tout s’y trouve. Plaisant, dynamique. Forcément un film ?

 

 

25 mars 2015

Jeunes talents !

Filed under: Concours — Sebastien @ 10 h 54 min
C’est maintenant !
Le conseil de Jeunes de la ville de Sceaux organise, dans le cadre des Assises de la jeunesse qui se tiendront en octobre 2015, l’audition de jeunes Scéens domiciliés ou scolarisés à Sceaux de la 4e à la terminale.

 

L’enjeu ? Illustrer « la liberté à travers tous les modes d’expression artistiques : écriture, photographie, vidéo, éloquence, danse, arts plastiques, art de la scène et du cirque…

La participation à cette audition est libre. les candidats doivent remettre leurs propositions ou réalisations avant le 15 mai 2015.

Renseignements au 01 78 76 44 55 – jeunesse@sceaux.fr

Règlement et informations disponible ici et dans les équipements de la Ville

21 mars 2015

Zone tribale, Pascale Maret

Filed under: Romans — Mots-clés : , , , — angelique @ 11 h 31 min

Zone tribale, Pascale Maret
Éditions Thierry Magnier

Dans ce quartier où cohabitent Juifs, Maghrébins et Africains, Souf n’hésite pas à participer aux bastons. Aussi malheureux au collège que dans sa famille, il ne se sent reconnu qu’au sein de  » La Première Tribu « , société secrète dirigée par le charismatique Chaka, qui prêche la haine des Blancs et des Juifs tout en dirigeant des trafics très lucratifs. Lorsque Angie emménage dans la cité, la vie de Souf en est soudain illuminée. Angie est noire, belle, intelligente, et ambitieuse. Mais c’est d’un autre qu’elle tombe amoureuse. Au plus profond des caves se noue alors un drame auquel tous vont être mêlés. Pour complaire à Chaka et se venger de son rival, Souf serait-il prêt à commettre l’irréparable ?

Un court récit qui réinterprète un fait divers, l’enlèvement Ilan Halimi, en 2006, avec des motivations et une fin différente.

Dans le contexte actuel, ce thème est très intéressant, on découvre ici comment peut naître la haine entre bandes de cité. On voit également le désastre que peuvent être l’influence d’un leader, l’endoctrinement. Aussi, les erreurs que l’on peut commettre par amour, ou encore les méfaits des préjugés.

Un livre percutant, un récit qui tient en haleine, qui met en colère. Un roman choc.

 

 

4 mars 2015

[Adopage : le club] samedi 7 mars : Pyrotechnie

Filed under: Club adopage — Sebastien @ 10 h 22 min

Nouveau RDV du club ado ce samedi 7 mars avec un sujet bien énigmatique. Mais de quoi allons nous parler ? Tenons le suspens et disons juste que la séance sera pétaradante, tendue, pleine d’étincelles, de chaleur et d’électricité statique (merci wikipédia) et nous en verrons de toutes les couleurs. Si si !

alors, RDV ce samedi 7 mars à partir de 14h30.

17 février 2015

En fuite, Thierry Robberecht

Filed under: Romans — Mots-clés : , , — angelique @ 16 h 49 min

En fuite, Thierry Robberecht
Syros, Rat Noir

« Depuis des années, notre trio fonctionnait à la façon de l’équipage d’un sous-marin : chacun connaissait sa mission sur le bout des doigts. Il était environ cinq heures du matin quand notre père a rangé le dernier matelas dans la Skoda. Il a dû s’y reprendre à trois fois pour fermer le coffre. Assis à l’arrière depuis une dizaine de minutes, nous attendions. J’ai regardé avec tristesse s’éloigner la cabane en bois dans laquelle nous avions été heureux. J’ai songé au vieux Fernand et à madame Betty, sa femme. C’est toujours comme ça avec nous: partir en pleine nuit comme des voleurs et ne jamais dire adieu aux gens qu’on aime ». Deux enfants et leur père en cavale. Une vie à l’abri des regards, faite de départs précipités. Une mère privée de son fils et de sa fille pendant huit années. Après Terminale Terminus (prix Frissons du Vercors et prix de la NRP 2011), En fuite est le deuxième roman de Thierry Robberecht dans la collection Rat noir, une histoire très librement inspirée d’un fait divers marquant.

Un roman court, très rythmé. Une belle histoire d’amour d’un papa pour ses 2 enfants. Jusqu’au où cet amour peut conduire ? Ici jusqu’au délit. Le papa va kidnapper ses 2 jeunes enfants, Mathieu et Lucille, car ils ne les voit pas assez souvent suite à la mise en place de la garde alternée.

C’est beau, c’est fort, un poil « trop » en ce qui concerne la dernière partie Ardèche et le dénouement. Mais très intéressant à lire. Ce récit fait écho également à un film qui est sorti en octobre 2014, Vie sauvage, de Cédric Kahn, avec Mathieu Kassovitz. Les 2 histoires sont probablement inspirées du même fait divers.

 

 

10 février 2015

Le diner, Herman Koch

Filed under: Romans — Mots-clés : , , , , , — angelique @ 14 h 35 min

Le diner, Herman Koch
Belfond

 

Succès phénoménal aux Pays-Bas, alliance détonante d’une comédie de mœurs à l’humour ravageur et d’un roman noir à la tension implacable, Le Dîner dresse le portrait de notre société en pleine crise morale. Deux frères se donnent rendez-vous avec leurs épouses dans un restaurant branché d’Amsterdam. Hors-d’œuvre : le maître d’hôtel s’affaire. Plat principal : on parle de tout, des films à l’affiche, des vacances en Dordogne. Dessert : on évite soigneusement le véritable enjeu du dîner, les enfants. Car leurs fils respectifs ont commis un acte d’une violence inouïe. Un café, un digestif, l’addition. Reste la question : jusqu’où irions-nous pour préserver nos enfants ?

Malaise : c’est le mot qui résume ce roman du néerlandais Herman Koch. L’originalité de ce roman est dans sa construction. Un « chapitrage » qui suit la chronologie du dîner des 2 couples qui sont au restaurant. Apéritif, entrée, le plat, dessert, digestif, pourboire.
Deux couples, Paul et Claire, Serge et Babette, le politicien, futur premier ministre. Michel, le fils de Paul, et Rick, celui de Serge ont le même âge et traînent souvent ensemble, avec Beau également , le fils adoptif de Serge. Nous sommes surpris du problème qui va être traité, on pense à un conflit familial, une histoire d’adultère. Mais pas à une grave faute commise par leurs enfants respectifs. Les garçons ont fait une bêtise et pas des moindres, c’est une ÉNORME bêtise. Dans un premier temps les parents rejettent la faute d’un garçon sur l’autre . Puis ils débattent sur la dénonciation ou non du crime commis. Tout n’est pas dit, on devine, on imagine alors bien pire que ce qui est révélé.

Ce récit c’est aussi une histoire d’amour, celle des parents, des mères notamment envers leur enfant.

C’est intelligent. Une satyre sociale grinçante. Du suspens, du malaise, de la gêne et surtout l’interrogation, qu’est ce que nous déciderions à leur place ? D’autant plus que… cette histoire a été inspirée d’un fait réel !

 

3 février 2015

Le livre de Perle, Timothée de Fombelle

Filed under: Romans — Mots-clés : , , , , — angelique @ 12 h 51 min

Le livre de Perle, Timothée de Fombelle
Gallimard Jeunesse

Il vient d’un monde lointain auquel le nôtre ne croit plus. Son grand amour l’attend là-bas, il en est sûr. Pris au piège de notre Histoire, Joshua Perle aura-t-il assez de toute une vie pour trouver le chemin du retour ?

Que se passe-t-il je n’arrive pas à rentrer dans l’histoire ! C’est quand même Timothée de Fombelle : Tobbie, Vango, mince alors ! J’ai davantage accroché sur la troisième partie du roman. Ce qui me rassure c’est que je remarque à la lecture que l’écriture est belle, comme à chaque fois. D’un point subjectif un livre où je suis restée à l’extérieur, d’un point de vue objectif, une écriture et une histoire remarquable. Une prouesse narrative de la part de l’auteur mais un récit un peu trop « tarabiscoté » !

Prix Pépite 2014

28 janvier 2015

La face cachée de Margo, John Green

Filed under: Romans — Mots-clés : , , — angelique @ 10 h 16 min

La face cachée de Margo, John Green
Gallimard, Scripto

Mar-go-Roth-Spie-gel-man, le nom aux six syllabes qui fait fantasmer Quentin depuis toujours. Alors forcément, lorsqu’elle elle s’introduit dans sa chambre, une nuit, par la fenêtre ouverte, pour l’entraîner dans une expédition vengeresse, il la suit. Mais au lendemain de leur folle nuit blanche, Margo ne se présente pas au lycée, elle a disparu. Quentin saura-t-il décrypter les indices laissés pour la retrouver? Plus il s’en approche, plus Margo semble lui échapper…

Laissez-vous happer par le mystère de Margo et cette la fascination amoureuse, réconforter par l’amitié qui réunit les personnages de John Green. Un road-trip jubilatoire jalonné de vérités profondes sur la vie, l’amour, la mort et les désillusions. Aujourd’hui star mondiale de la littérature pour adolescents et jeunes adultes, John Green est l’auteur du best-seller international Nos Étoiles Contraires et de Qui es tu Alaska? et de Will & Will.

 

Ce que j’ai le plus apprécié dans ce roman : le trio des garçons Quentin, Ben, Radar. Ils se serrent les coudes même si ils se charrient beaucoup et ont de la pudeur quant à leurs sentiments les uns envers les autres. Puis, la folle échappée des 4 (les 3 garçons + Lacey, une amie de Margo) c’est top! C’est le moment que j’ai vraiment adoré. Pour finir, le fil conducteur des « villes papier » qui est une superbe invention de la part de l’auteur. Le point négatif c’est que c’est trop long, au milieu du livre ça traîne un peu en longueur. Le personnage de Margo est complexe mais intéressant, elle est agaçante mais je trouve que c’est un personnage original par rapport à la plupart des romans. J’ai choisi ce roman parce que ça parle d’amour, proche de ce qu’on peut appeler l’amour/amitié.

Un roman original et accrocheur, je l’ai plus apprécié que Nos étoiles contraires car il est plus adulte.

 

 

Older Posts »